Communauté des Bienheureuses Martyres d’Orange

Villages  :

Baume de Transit - Bouchet - Montségur sur Lauzon - Solérieux - Tulette


 

Histoire :

Durant les troubles de la Révolution, 29 religieuses chassées de leurs couvents avaient trouvé refuge dans une maison de Bollène. Là, depuis dix-huit mois, elles partageaient une vie de prière et de totale pauvreté. Elles furent arrêtées en avril 1794 pour avoir refusé de prêter le serment de liberté-égalité exigé par la municipalité et que leur conscience réprouvait. Elles furent incarcérées le 2 mai à Orange, dans la prison de la Cure, près de la cathédrale, où étaient déjà détenues 13 religieuses.

Les religieuses s’organisèrent en communauté et passaient leur temps à prier. Elles furent condamnées à mort par la Commission populaire qui siégeait dans l’actuelle chapelle Saint-Louis, et transférées au Théâtre antique en attendant d’aller à la guillotine dressée sur le cours Saint-Martin. Trente-deux d ’entre elles furent exécutées (16 ursulines, 13 sacramentines, 2 cisterciennes et 1 bénédictine).

Elles montèrent toutes joyeusement à l’échafaud, chantant et priant pour leurs persécuteurs qui admiraient leur courage : "Ces bougresses-là meurent toutes en riant". Les dix autres religieuses détenues furent sauvées par la chute de Robespierre, le 28 juillet, et libérées en I795.


Les corps des martyres furent jetés dans des fosses communes, dans le champ Laplane (à Gabet), situé à 4 km de la ville, au bord de l’Aygues, et une chapelle y fut bâtie en 1832.


Les 32 religieuses, martyrisées à Orange en juillet 1794, ont été béatifiées par le pape Pie XI le 10 mai 1925.
Six étaient nées sur le territoire actuel du diocèse de Valence : deux à Bouvante, les autres à Pierrelatte, Baume-de-Transit, Tulette, Livron.

Fête : le 9 juillet






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP